Sondage exclusif de décembre 2017
La citoyenneté européenne en Bretagne

A l'heure des négociations sur les politiques européennes et le budget d'après 2020, cette étude commandée par la Région en tant qu'autorité de gestion de la majeures partie des fonds européens, présente un premier éclairage inédit sur la citoyenneté européenne en Bretagne.

Une forte adhésion à l'Union européenne

Réalisée pour le compte de la Région*, avec le soutien de l'Union européenne, “cette étude permet de voir comment les Bretonnes et les Bretons appréhendent l'Union européenne", a annoncé Forough Salami-Dadkha, VP Europe et International au Conseil régional. Avec 81 % des Breton·ne·s interrogé·e·s jugeant l'appartenance à l'UE comme étant une bonne chose, les premiers résultats de l'étude s'avèrent positifs. Dans le cadre de sa mission d'information et de sensibilisation des jeunes à la citoyenneté européenne, le Conseil régional poursuivra cette démarche a printemps avec une enquête plus poussée auprès des 15-29 ans.

Citoyenneté européenne

Près de 8/10 se voient avec un triple niveau de citoyenneté : Breton, Français et Européen. 67% ont une perception positive de l'UE, qu'ils considèrent avant tout comme un espace de liberté (23%), de paix (22%) et de force économique (13%). Pour les plus eurosceptiques, l'UE est davantage perçue comme un gouffre financier (18%) et une organisation politique complexe (10%).
En Bretagne, la culture et l'économie sont considérés comme les 2 domaines créant le plus fort sentiment d'appartenance, alors qu'en France et en Europe, l'histoire et la culture arrivent en tête des réponses.

Brexit et sortie l'UE ?

Le ressenti face au Brexit est majoritairement négatif puisque 52% des personnes interrogées ont éprouvé de l'incompréhension, de l'inquiétude et de la colère face à cette annonce. Si un tel référendum était organisé aujourd'hui, 68% des Breton·ne·s voteraient pour un maintien de la France au sein de l'UE. Estimé à 13 %, le vote breton en faveur d'un "Frexit" serait identique au taux d'abstention.

 

* Etude réalisée du 5 au 19 décembre 2017 par le cabinet GECE pour la Région Bretagne auprès d'un panel représentatif de la population bretonne (1 024 personnes de 15 ans et plus interrogées par téléphone).

Publié le


Partagez ce contenu